Pages

samedi 20 décembre 2014

Noël sur ta télé




Hello !



Ca y est, il est au coin de la rue : ce bon vieux Noël qui va durer quelques heures, avant de disparaître et de laisser place à 11 mois parfaitement inutiles.

Je sais, c'est triste comme tout.
Mais peut-être aurez-vous le temps de sublimer tout ça avec un bon vieux film de circonstances.

Cette année, on fait l'impasse sur la énième rediffusion du Père Noël est une ordure ou de Love Actually (immense fan de ce dernier, je ne peux plus le supporter ces derniers temps. Overdose.) et on en visionne d'autres, moins présents sur notre bonne vieille télé française.

Suivez le guide !




- Scrooged :

Est-il nécessaire de rappeler les tenants et aboutissants du plus chouette conte de Noël ?
Nan.
Si la version Disney est superbe, imaginez maintenant Bill Murray dans le rôle du faussement ignoble Scrooge.

Voilà.





- Gremlins :

C'est tellement culte, génial, effrayant, drôle, décalé, qu'on va en rester là.
A revoir en boucle.



 

- Le Miracle de la 34e rue :

Où comment le Père Noël, le vrai, bosse chez Macy et comment tu chiales ta race à la fin, parce que punaise, à cette époque on savait faire des films miraculeux.

Pitié, l'original, pas le remake.





- La vie est belle :

Parce que James Stewart était le plus bel homme de la terre, que "Zuzu's petals !"et que tu chiales ta race à la fin.





- Black Christmas :

"C'est pas parce que c'est Noël qu'on peut pas trucider de la donzelle" se dit le malade qui trucide, donc, une confrérie d'étudiantes en cette sainte nuit de la naissance du petit Jésus.

Pitié, on évite aussi le remake, crade et complaisant et on se jette sur l'original des années 70.







- Piège de cristal : 

Il fut un temps (que les moins de 20 ans ...vous voyez le genre) où voir un film en VF valait carrément le coup, comme la série des Die Hard et le chef-d'oeuvre que reste la première aventure de John McClane, qui en aura bien chié ce fameux noël 1988.

Vous aurez le droit de frapper toute personne s'exclamant "Hé, c'est pas Rogue ?", devant la première apparition d'Alan Rickman, parce qu'avant d'être potterisé, c'était d'abord Hans Gruber, putain ! (et le shérif de Nottingham)






- Dark Crystal: 

Vos neveux vous réclament ENCORE Frozen ? (attention, je kiffe Frozen, "Libérée, délivréééééee !" toussa toussa, j'adore).

Faites-les taire et apprenez-leur tout de suite que le cinéma, c'est du sérieux.

Et collez-les devant ce truc de fou furieux, sublime, philosophique, avec de vrais décors de dingue, sans ces effets spéciaux dégueus qu'on nous colle partout dorénavant, histoire de faire vivre moins d'artisans du cinéma.





- L'histoire sans fin :

Je ne peux pas mener à bien une année, si je n'ai pas vu au moins une fois l'adaptation d'Ende (un nom pareil ne s'invente pas, hein).

On a tous voulu être Bastien, on pleure toujours pendant la scène des marais et on rêve toujours d'enfouir son visage dans la fourrure du placide et bienveillant Falcor.

Une fois de plus, des décors et des univers formidables.
Indémodable.



THE END, mais vous pouvez dans la foulée continuer avec A Christmas story, Legend, Labyrinth, Mission Noël ou le Pôle Express (ah, ce grelot !).

Joyeuses pré-fêtes !!!